•  

    Quand dans le noir il y a de l'espoir, Victoria, Lenaïg, haïkus

     

    Attirés par les miettes

    Les corbeaux atterrissent

    Rafler la mise



    Moelleuse et garnie

    De chocolat et griottes

    La Forêt Noire



    Odorant et chaud

    Il parfume le matin

    Le mug de café

     

    Chasseur nocturne

    Ses yeux verts étincellent

    Les souris figées



    Fragrance variée

    D’une Petite Robe Noire

    Les sens en éveil

     

    Victoria

     

    Quand dans le noir il y a de l'espoir, Victoria, Lenaïg, haïkus

    L'oeil noir de Bizet,

    Hergé s'en est amusé,

    dans L'oreille cassée !

     

    Du noir sautillant :

    Charlot, Laurel et Hardy,

    du noir qui fait rire !

     

    Lenaïg

     

    Quand dans le noir il y a de l'espoir, Victoria, Lenaïg, haïkus


    6 commentaires
  •  

    Quand dans le noir il y a de l'espoir - Lenaïg, thème de haïkus

     

    Deux corneilles dansent
    en arabesques joyeuses

    dans un ciel tout bleu

    pas de vol noir de corbeaux
    pas de menace dans l'air

    Lenaïg

    qui propose ce thème d'un noir porteur d'espoir ! A poster entre vendredi 15 octobre et vendredi 22. 

    Le principe du haïku, quand on débute du moins, c'est d'écrire trois lignes, une de 5 syllabes, une de 7 et une de 5 à nouveau. Le haïku simple ne comporte pas de jugement, pas de critique, juste de la contemplation, des sensations, des impressions, à sublimer par un joli choix de mots. Ce doit être une capture de l'instant présent (même écrit après, on doit faire comme si !). Souvent, ce haïku simple évoque la saison en cours.

    Quand on se sent bien à l'aise dans le genre, on peut s'éloigner de cette règle de base, moi je ne l'ai pas encore fait.

    Un haïku peut devenir un tanka : on ajoute alors deux lignes de 7 syllabes chacune, c'est mon cas ici.

    Le vol noir des corbeaux, c'est celui du Chant des partisans.

     

    Quand dans le noir il y a de l'espoir - Lenaïg, thème de haïkus

     


    6 commentaires
  • FANCHETTE, Victoria pour la Cour de récré chez Jill

     Trois jolies poules naines vues par Victoria sur Paruvendu

     

    Franchette



    Fanchette, Bassette, Gallinette, Pompette

    Robert avait baptisé ses poules naines

    Après mûres réflexions et observations

    N’oubliant pas d’utiliser pour les nommer

    Certains mots issus des patois régionaux

    Hector, le coq Brahma régnait en maître

    Ennuyé cependant d’avoir à diriger

    Tous ces rase-mottes qui lui arrivaient au mollet

    Teigneux, il lorgnait le poulailler du voisin

    Envieux des grandes et grosses poulettes qu’il abritait



    Jusqu’au jour où parut un renard agressiF

    Qui affamé, se tapit non loin afin de le coinceR

    Alléché, furtivement, il s’approchA

    Il était à deux doigts de s’emparer du chapoN

    Quand il fut arrêté par un terrible coup de beC

    Et projeté dans les airs par un violent smasH

    Face aux furies qui peuplaient la volièrE

    Le goupil s’enfuit plus vite que le venT

    Médusé, le cantor emplumé comprit en un instanT

    Cette morale de Jean de la FontainE



    « Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde : On a souvent besoin d'un plus petit que soi. »



    Victoria

     

    FANCHETTE, Victoria pour la Cour de récré chez Jill

     Le coq brahma Wikipedia Commons

     

    Liens du rassemblement de la cour de récré de JB - jill bill (eklablog.com)

    FANCHETTE, Victoria pour la Cour de récré chez Jill


    22 commentaires
  •  

    Jésus est rené

     

    Le vaisseau "Gloire" s'est placé en orbite juste derrière la station internationale humaine ISS, ni vu ni connu. Enfin, presque, parce qu'à bord de l'ISS on a eu des soupçons et quelques secousses mais les capteurs n'ont rien pu signaler. L'une des secousses a été provoquée par la navette emportant vers la Terre six compères, non sept en fait. Tout ceci réalisé sur le principe d'un avion furtif, donc invisible mais vraiment invisible ! A bord du vaisseau spatial en orbite, le pilote Micharc(8).

     

    Qui sont donc ces sept compères ? un certain Jésus(1), la trentaine, un certain Jo Darim'(2), à peu près du même âge, un certain Keph'(3) nettement plus âgé, un certain "Centu"(4), une certaine Blandine(5), âge mûr et dure à cuire, une certaine Rainette(6), jeune, sportive et courageuse et un magnifique pigeon ramier tout blanc répondant au nom de "Saint Es"(7). Où atterrissent-ils et en douceur, ma chère ? Quelque part dans les Monts d'Arrée, Finistère, Basse Bretagne (autant que la narratrice se fasse plaisir, elle qui n'y est pas allée cette année !). Atterrissage discret, de nuit, dans ce lieu si riche en légendes qu'une de plus peut passer inaperçue.

     

    Après avoir frappé à la porte d'un vieux paysan breton en retraite, très "ours" et qui les a reçus sous la menace de son fusil de chasse, Jésus par son calme et son aura l'a rassuré et ils sont entrés dans la demeure. Le vieux paysan, très instruit et bien au fait des écrits religieux, a eu une attaque cardiaque quand il a compris l'identité de ses visiteurs.

     

    La navette est restée sur la lande mais toujours invisible. Le vieux paysan, remis sur pied par Jésus vite fait bien fait, ahuri et ravi de l'aventure, leur sert une excellente soupe à l'oignon (ce ne pouvait être de la soupe aux choux, comme celle du "Glaude" dans le film éponyme, la narratrice serait accusée de plagiat, mais pour le plaisir regoûtons-y en  musique !). Saucisson, andouille (ou pas !), légumes du jardin, omelette, laissons-les à leur repas, il faut que la narratrice révèle pourquoi ils sont là.

     

    A la question du vieux paysan breton : "Dis-moi, le temps de l'Apocalypse est arrivé ? Les éléments se déchaînent : Irma, José, Katia, séisme au Mexique, désastres dont on ne mesure pas encore l'ampleur, la banquise qui fond, etc etc, on y est ?" Jésus a émis une réponse de ... Normand ! Pas "p't-être bien qu'oui, p't-être bien qu'non" mais : "l'ami, le temps pour nous êtres divins n'est pas ce que tu crois ! Mais sache que tu as encore de longs jours devant toi, nous sommes en mission et cette mission prendra le temps terrestre qu'il faudra, tu seras le gardien de notre base.
    Tu nous verras partir et revenir, ne t'inquiète pas pour l'approvisionnement, à chaque fois nous te rapporterons des victuailles."

     

    Chacun d'entre nous a un rôle distinct : moi je vais aller mettre le nez dans la haute finance et la loi du marché, tâcher d'intervenir en douce et il y a du boulot. Chasser les marchands qui vendaient leur camelote dans l'enceinte du temple, c'était de la gnognotte à côté ! Keph' va rencontrer Pape François et tous les dignitaires religieux de la planète, c'est sa partie. Jo Darim' et Blandine vont oeuvrer pour donner du courage aux victimes des récentes catastrophes et aux sauveteurs, faire peur aux pilleurs et renforcer l'esprit d'entraide, pour qu'à l'avenir les êtres vivants ne donnent pas prise au vent si je puis dire, qu'ils soient à l'abri, et du besoin et des intempéries (ils orienteront l'écologie, l'architecture, la politique des états peut-être bien aussi), Rainette explorera le malaise de la jeunesse pour infléchir la tendance vers le constructif. Quant à Saint Es, il ira survoler les zones de guerre, semer le trouble chez les Djihadistes en leur ch--nt dessus sans jamais être atteint par leurs balles et autres plaisanteries très utiles dont il a le secret.

     

    Pourquoi nous ne sommes pas intervenus plus tôt, pourquoi avons-nous laissé les ouragans sévir ? Pourquoi ne nous sommes pas manifestés plus tôt, pour arrêter les guerres et le Mal absolu ? Des forces contraires ne nous ont pas permis de venir avant. Nous avons des ennemis puissants, nous aussi, que nous combattons perpétuellement. Le Mal absolu, comme vous dites, n'a pas atteint son sommet, il ne triomphera pas tant que nous serons là et nous n'avons pas l'intention de nous laisser submerger.

     

    Bon, au dodo ! Pas de lits à préparer, l'ami, nous allons sortir notre matériel de la navette. Demain, après un bon petit déjeuner et quand tu seras prêt, tu voudras bien nous conduire à la gare puis à l'aéroport ? Malgré notre renaissance humaine, nous conservons nos dons divins qui nous permettrons de nous débrouiller (même avec les obstacles qui pourront se présenter) pour nous rendre aux points stratégiques fixés. Tu as un téléphone intelligent ? Nous en aurons aussi et nous te préviendrons par sms de nos retours à la base !

     

    Lenaïg

    qui a choisi de reposter une fantaisie du temps où elle était très inspirée, sur un défi de l'amirale Dômi (le N° 140 chez les Crôqueurs de mots, proposant de faire naître Jésus à notre époque).

    Les notes numérotées sont à lire en bas de page.

    Gros zibous à tous ! 

     

    Jésus est rené

    (1) Jésus de Nazareth : on ne le présente plus.
    (2) Joseph d'Arimathie : a joué un rôle ... heu crucial dans le mystère de la Résurrection de Jésus.
    (3) Keph', ou Kephas (pierre en araméen), ou Simon : Saint Pierre, mais oui, c'est lui, qui a confié les clés du Paradis à quelqu'un de confiance pour partir en mission.
    (4) Le Centurion ! L'ennemi romain qui perça le flanc de Jésus sur la Croix et qui de par ce qu'il vit, crut !
    (5) Blandine de Lyon, auprès de qui les lions se couchèrent dans l'arène.
    (6) Reine, jeune Gauloise martyrisée là même où Vercingétorix se rendit à César.
    (7) Saint Es, pigeon mâle et malin, nommé ainsi par une facétie de ses compères, qui ne manquent pas d'humour, Non, ce n'est pas le Saint Esprit (qui comme on le sait ou ne sait, est ... un triptyque, en quelque sorte). Mais le rôle de colombe de la Paix, voilà qui lui plaît !
    (8) L'archange Michel, jamais descendu sur Terre, qui terrassa Lucifer.


    8 commentaires
  •  

    Le temps qui passe, le temps qu'il fait - Lenaïg

    Travail De Concept, équipe De Fourmis Image stock - Image du fermer, nature: 64584849 (dreamstime.com)

    Le temps, ami ou ennemi ?

    Réalité n'est pas pensée

    Nous le voyons à notre idée.

    Comme colonne de fourmis :

     

    Le temps qui court à toute allure

    Emporte nos ans sur son dos

    Sans qu'on arrête son galop.

    Nos souvenirs restent, qui durent !

     

    Mais on le trouve long et lent

    Quand on attend des échéances :

    Examen, début des vacances ;

    Il traîne et se fait bien dolent !

     

    C'est le temps dit psychologique,

    Des horloges tout différent.

    Je le soupçonne fortement

    De nous tromper, d'être élastique !

     

    Le temps qui passe,

    Le temps qu'il fait,

    Soleil ou glace,

    L'heure d'été,

    Le même mot

    Mais deux idées :

    Fera-t-il beau ?

    Futur, passé !

     

    Le même mot, c'est en français,

    Ce n'est pas le cas des Anglais.

    Nous perdons notre temps en France,

    Mais les Anglais pensent : dépense !

    On sait, chez eux, Time is Money,

    Il ne faut pas le gaspiller !

    Pour parler du temps qu'il va faire,

    Dites en anglais : the weather !

     

    Lenaïg

    Octobre 2010

    Bonjour les zaminautes, mais oui le temps passe vite et je n'ai toujours pas d'inspiration ! A bientôt néanmoins sur vos pages, gros zibous !


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires