• Plats et recettes, les tercets de Mona

    Pendant l'occupation
    Difficile de faire un repas
    Grand mère se débrouillait.

    Alors tout manquait
    Pour accommoder les restes
    Recettes se partageaient

    Maman le disait
    La nourriture,c'est sacré
    On ne jette rien

    Cuisine interdite
    Les filles ne peuvent approcher
    C'est son domaine à elle!

    Pas de privations
    Quand l'appétit va,tout va!
    Mère nourricière.

    Ma soeur Marie-Claire
    Ado, s'est inscrite à des cours
    Nourricière aussi

    Mona

    Photo : http://concours-history.com/v259/index.php?option=com_flexicontent&view=item&id=235:quatre-ans-de-lhistoire-de-paris-loccupation&Itemid=39


  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Mai à 11:49

    Durant la guerre à se mettre sous la dent pas grand chose, tickets de rations, une vie qu'on ne veut plus revoir, merci pour le tout Mona, et bon appétit... JB

    2
    Vendredi 5 Mai à 12:35
    LADY MARIANNE

    une participation pleine d'émotions-
    maman me raconte quand elle faisait la queue avec ses tickets- quand c'était son tour il n'y avait plus rien---
    plus jamais ça !
    la cuisine est souvent envahie par les hommes mais que de vaisselle ils font !!
    bravo ! bon vendredi ! bisous-

    3
    Vendredi 5 Mai à 13:07
    renee

    Pendant l'occupation ça devait être très dur.....Bravo amitiés

    4
    Josette
    Vendredi 5 Mai à 13:22
    Josette

     

    c'est dans mes gènes

    on ne jette pas la nourriture

    un art des restes...

    (et avec les restes des assiettes, le trognon de vieux pain et l'eau chaude...la pâtée pour le chien...rien ne se perd et on ne parlait pas écologie mais économie)

    5
    Vendredi 5 Mai à 16:29

    Bravo Mona et quelle photo en témoignage historique de ces terribles moments qui ont affamé les familles. Ton texte est rempli d'émotions et d'amour pour que la vie survive au coeur de la cuisine. La nourriture est le premier symbole de l'amour par le lait maternel. Bises amicales. 

    6
    Vendredi 5 Mai à 17:25
    colettedc

    Bravo, j'♥ ces haïkus du souvenir !!! Bonne poursuite de ce jour !

    7
    Vendredi 5 Mai à 17:49

    Magnifiques tercets, Mona, que je me suis empressée de poster dès réception ce matin ! Belle inspiration, vécu transcendé, ambiance chaleureuse, c'est parfait ! Il est temps que je vienne poser mon p'tit mot, moi aussi. Gros bisous, à toi et à Marie-Claire !

    smile

    8
    eliane
    Vendredi 5 Mai à 18:34

    un retour en arrière ! bien vu Mona !

    9
    Samedi 13 Mai à 08:59

    Des souvenirs de guerre  que ceux qui l'ont vécue, ne peuvent oublier . Dans les campagnes les gens souffraient moins das restrictions  .Ma mère a gardé toute sa vie quand même  ,cette manie d'accumuler pour ne pas manquer s'il y avait une autre guerre ;On avait des stocks de pâtes, de sucre, de riz ....

    Bises et bon week end ensoleillé

    10
    Samedi 13 Mai à 12:36

    Coucou Hélène

    C'est un très beau texte... la faim ma mère l'a connu, et quand elle nous a eu, rien ne nous a manqué... La nourriture c'est sacré on ne jette rien...mais les nouvelles générations pas sûre qu'ils font comme nous.

    Pour ma part je viens au défi quand je peux.Merci de comprendre.happy

    bisous mon amie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :