• Zénobé la Romaine et Annah - Mona

    Zénobé la Romaine et Annah - Mona

    Annah cheminait depuis longtemps, d’un pas décidé, en direction des Plomarc’h d’où émanaient depuis plusieurs lunes des odeurs pestilentielles qui lui donnait, comme à ses voisins, des hauts le cœur à n’en plus finir quand le vent de mer dansait dans leur village de bois. Il y a peu tous le humaient encore avec plaisir tant les odeurs iodées de l’océan les remplissaient de reconnaissance pour la vie qu’il leur prêtait. Elle et ses sœurs descendaient tous les jours sur la grève pour ramasser juste de quoi se nourrir, des coquillages et crustacés, tandis que les hommes pêchaient la sardine. Grâce à la générosité de l’océan qui savait donner la vie et la mort, ils étaient forts et vigoureux, protégés par l’ombre des arbres sacrés. Elle tenait un bâton à la main et avait ceint sa chevelure dorée de fleurs des champs cueillis avec délicatesse.

    Plus elle approchait des Plomarc’h, plus elle se pinçait les narines, et un vacarme et des cris lui blessait les oreilles. « Sûrement des Romains, se dit-elle, ils sont rares mais tapageurs ! »

    Puis elle l’aperçut. Une belle Romaine, un peu plus âgée qu’elle, rêvassait tristement, penchée sur un ouvrage de broderie dont elle détournait les yeux. Intriguée, Annah s’approcha. Elle connaissait le latin grâce à son frère qui s’était engagé comme mercenaire et était rentré de guerres lointaines, la tête pleine d’histoires stupéfiantes qu’il racontait aux veillées. Il repartirait, c’est sûr. Il disait que les Romains bâtissaient des murs solides de pierres rondes scellées par du mortier tuileau et leurs maisons étaient chauffées par le sol….Ils leurs apprenaient leurs techniques !

    Ces bâtisses se marient moins bien au paysage et les en séparent, répondait Annah, curieuse d’apprendre mais convaincue que leur vie était plus saine, en harmonie avec la nature.

    _ « Mon nom est Zénobé », dit la belle Romaine. Souriant à cette jeune sauvage, se demandant si elle n’allait pas s’enfuir, sans douter une seconde qu’elle puisse parler une autre langue que la sienne. « Mon époux travaille ici et je m’ennuie à mourir de Rome et ses distractions. Il dirige l’usine. »

    _ C’est quoi, une usine ?

    _ Viens, je vais te la montrer. On fabrique du garum.

    _ Du garum ?

    _ Mais tu ne sais donc rien ? Un condiment délicieux dont on raffole à Rome. On malaxe des viscères de sardines avec beaucoup de sel pour qu’il ne pourrisse pas. On le stocke dans des jarres et des marchands les transportent chez nous.

    _ Pourquoi transporter de la nourriture ? Vous allez tomber malades. Nous cuisinons aussitôt des fruits de mer et de terre frais, et regarde comme je suis robuste, comparée à la frêle créature que tu es. Et pourquoi demandes-tu à cette petite esclave de t’éventer, alors que l’ombre des arbres te rafraichirait mieux ? La nature nous parle et nous soigne, et d’ailleurs vous empoisonnez l’air de cette pestilence infecte.

    _ Ne sois pas sotte et viens.

    Elles cheminent vers la falaise, Zénobé un peu essoufflée, Annah se masquant le visage d’une feuille de châtaignier prélevé à l’arbre avec douceur pour ne pas le blesser.

    Elles approchent de la falaise et Annah insiste pour descendre plus bas. Face à la mer turquoise s’élèvent une quinzaine de grandes cuves rectangulaires. C’est immense. Zénobé ne cache pas sa fierté devant la stupéfaction de sa nouvelle amie. Telles des fourmis, des hommes s’activent à malaxer, transvaser dans des amphores, charger des charrettes de cette mixture nauséabonde.

    _ C’est grand et beau, non ?

    _ Peut-être, mais si peu naturel !

    _ Nos bâtisses sont plus solides que les vôtres.

    _ Oui. Je l’admets. Mais pourquoi avez-vous ces trois statuettes là-bas ?

    _ Les dieux qui nous protègent. Hercule, Jupiter et Neptune.

    Annah est scandalisée.

    _ Mais ce sont des hommes, rien que des hommes ! Ils sont ridicules. Mon frère nous a parlé de vos croyances et nous étions morts de rire. Quelle ignorance vous avez des forces qui régissent l’univers dont nous ne sommes qu’une infime partie ! Leurs histoires sont pitoyables.

    Zénobé est un peu vexée mais aime bien la franchise de cette sauvageonne.

    _ Viens, je vais te présenter à mon époux.

    _ Si tu y tiens.

    Elles s’avancent en direction d’un homme grassouillet qui hurle des ordres en direction de ses ouvriers au fond des cuves.

    Il ne me plait pas trop.

    Il est riche, puissant et me traite bien. Il ne me bat presque jamais. Quand même, admire son œuvre.

    Tu ne peux pas critiquer ses constructions au moins. Elle rit.

    Annah la retient.

    Un grondement se fait entendre. Un pan de mur s’effondre et dans un roulement de pierres et de poussières quelques hommes disparaissent. Blessés, ils crient.

    Annah sort sa pochette de plantes médicinales et descend les soigner. Annah pleure. Son époux hurle de plus belle, furieux de ce temps perdu.

    Mona


  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Janvier à 13:02

    Bonjour Mona... Quand je regarde la photo je pense aussi à Pompéi que la fureur d'un volcan a tout détruit... ici bas tout est fragile, Zénobé sois la bienvenue à la cour de récré, MERCI à toi, bises de jill

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:26

        C'est un plaisir chère Jil lBill épouse Buffalo? Non, ne le pense ( ha ha)

      • Lundi 23 Janvier à 11:33
    2
    Jeudi 19 Janvier à 13:04

    Une superbe plongée dans le passé gallo-romain de notre Bretagne, Mona. Merci pour le plaisir de lecture et bon courage pour demain, gros bisous !

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:31

        C' était difficile, mais je m,habitue aux gasométries à répétition.J'ai encore perdu un kilo et ''est c'estmauvais, alors double dose de produits hyperprotéinés et hypercaloriquesLa vie!

      • Lundi 23 Janvier à 11:37

        Chère Mona, je mesure la force de ta volonté, mais oui, vive la vie et tout ce qu'elle a de joli et d'agréable, malgré les épreuves, qui sont de taille pour toi, oui. Je t'ai vue avoir peu d'appétit, je voudrais que tu puisses te forcer au cours des repas, pour en profiter, en dehors des aliments hyper protéinés. Contente de te voir répondre à tes comms, gros bisous.

        kiss

    3
    Josette
    Jeudi 19 Janvier à 13:14
    Josette

    ah oui j'ai vu cette " usine " de garum à Malaga...en octobre dernier enfin ce qu'il en reste ! 

    bravo d'avoir fait naître cette rencontre entre la bretonne et la romaine

    bises Mona

    lénaïg tu sais qu'une horrible pub vocale s'installe dès qu'on ouvre le blog ? 

      • Jeudi 19 Janvier à 13:28

        Coucou Josette, grrr, pour les pubs, je n'y peux rien, j'ai accepté le partenariat commercial pour voir si je gagnerais quelque chose, je n'ai toujours rien touché d'ailleurs, même si ce que je gagne, même pas un euro par mois s'affiche, rien n'arrive sur mon compte ! Ce blog, je n'ai rien payé pour mon espace par ailleurs et moi j'ai un filtre contre ces pubs, donc je ne les vois pas et je ne les entends pas ! Désolée, mais sur mon petit ordi, je rencontre ce problème aussi, quand je vais visiter tous les zaminautes d'Ekla ... Pour le blog sur Overblog, je paie mon abonnement chaque année mais il ne me rapporte rien, que le plaisir d'écrire et d'être lue, et le plaisir d'y avoir mes colocs ! Bizzz.

      • Jeudi 19 Janvier à 13:30

        Ah oui, je la connais, cette pub qui dit comment gagner de l'argent facilement sur internet ! Je me la coltine souvent quand je vais voir les blogueurs d'Ekla, maintenant je l'éteins tout de suite !

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:32

        Merci Josette, de tout coeur!

    4
    eliane
    Jeudi 19 Janvier à 13:32

    quelle belle histoire joliment racontée !!! bise de la petite bourguignonne qui découvre la Bretagne avec bonheur !!

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:35

        Merci Eliane. Je ne suis jamais allée en Bourgogne, mais en ai entendu parler en bien!

    5
    Jeudi 19 Janvier à 14:45
    LADY MARIANNE

    bonjour Mona !
    le condiment ça ne me dit rien ! lol
    J'ai justement regardé un documentaire hier soir sur Pompeï -
    un beau texte bien documenté on s'y croirait !
    bisous amicaux-

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:39

        Pas de volcan ici, heureusement. Juste une falaise instable et heureusement on a la moutarde!Mais certains ont reconstitué le garum!Merci Lady Marianne!

    6
    Jeudi 19 Janvier à 14:46
    Séverine

    Belle histoire, merci pour cette belle rencontre.

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:39

        Merci Séverine!

    7
    Jeudi 19 Janvier à 14:54

    Un grand plaisir de lecture chez toi , on se retrouve vite dans un autre univers , la machine à remonter le temps c'est vraiment bien .

    bon le monsieur qui parle d'argent je lui cloue tout de suite le bec , j'ai remarqué qu'il s'invitait sur tous les blogs eklablog .

    Bisous 

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:45

        Encore un Picsou! Ils sont partout, non mais!Je me suis souvent promenée aux Plomarc'h avec mon ami qui me racontait tout sur le garum et sa fabrication C'est un ancien prof d' histoire qui a tout de suite repéré LA faute d'accord impardonnable!Merci de cette lecture indulgente

    8
    Jeudi 19 Janvier à 15:21
    renee

    Une jolie morales dans cette histoire.....Bisousssss

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:46

        Merci et bisous aussi

    9
    Jeudi 19 Janvier à 16:35
    colettedc

    Magnifique histoire ! J'♥ ! 

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:47

        Oh merci!

    10
    Jeudi 19 Janvier à 17:07

    Plaisir de relire ta belle plume en passant par Zénobé . Bon jeudi et gros merci.  <3

     

     

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:49

        Merci Marie Louve. Tu as du talent et aime la mythologie! bises à toi et Michel

    11
    Vendredi 20 Janvier à 13:41

    Bonjour Hélène

    Tu partages avec nous une très belle histoire...Elle a un bon fond te Zénobé.

    passe une belle journée

    bisous

     

      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:51

        oh oui! les deux femmes ont leur charme, l'une est délicate et soumise, l'autre plus rude mais généreuse...

    12
    Samedi 21 Janvier à 14:52
    Bonjour J'ai beaucoup appris avec cette belle histoire de Zénobé Prononcé comme ca on dirait un nom de chez moi Bisous et belle soirée Frieda
      • Mona
        Samedi 21 Janvier à 15:53

        Bon weekend Frieda§ C'est où chez toi?

      • Lundi 23 Janvier à 11:40

        Frieda est au Cameroun, Mona, toutes ses pages sont un enchantement. J'espère qu'on va la revoir au jeu des prénoms, auquel elle n'a pas participé dernièrement.

      • Lundi 23 Janvier à 11:42

        Oups, mais si ! Frieda nous a "fait" un Zenobe aussi ! Je reclique sur son nom et je m'en vais le découvrir !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :