• Si je ne sais que ce soir ... - Lenaïg

     

     

     

    La vie parisienne selon Cabu

     

     

     

    Un autocar italien

    s'est arrêté au passage

    dans mon quartier parisien.

    Merci, Monsieur, d'être sage !

     

    Quand il n'y a pas de feux,

    peu ont cette politesse,

    toute la rue est à eux.

    A pied, on a chaud aux fesses !

     

    A Paris -je vous dis tout-,

    celui qui voudrait le faire

    hésite à cause des fous

    qui le collent au derrière !

     

    Les véhicules coincés

    derrière les camions-bennes

    qui klaxonnent obstinés :

    ridicules phénomènes !

     

    Et tous ceux qui semblent sourds

    aux sirènes d'ambulances

    sont d'égoïstes balourds,

    Insensibles à l'urgence.

     

    Si je ne sais que ce soir

    qui aura la présidence,

    ces faits je ne veux plus voir.

    Fraternité, d'importance !

     

    Lenaïg

    Dimanche 6 mai 2012

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Mai 2012 à 13:28
    Monelle

    Cela me rappelle les Canaries où les voitures respectaient scrupuleuement le piétons, nous sommes restés une semaine sur Ténériff et nous n'avons pas vu un seul policier ou alor ils son sont habillés comme tout le monde ???

    Bon dimanche - bisous avec encore un tout petit soleil !!!

     

    x_3c536535

    2
    Dimanche 6 Mai 2012 à 14:00
    Plume

    C'est un plaisir de retrouver ta poésie ... aujourd'hui, place aux piétons, menacés par l'incivilité des automobilistes ! un cri bien justifié !

    A la campagne aussi, le danger est important, celui qui respecte le code de la route excède les fous du volants qui ne respectent aucune limitation de vitesse en agglomération . Piétons et cyclistes dérangent, retardent, et pourtant, l'art de vivre et l'échologie voudraient qu'une place privilégiée leur soit donnée ...

    Bon après-midi Lenaïg, bisou, Plume .

    3
    Dimanche 6 Mai 2012 à 15:51
    Erato

    Merci de ta visite sur mon blog. J'aime beaucoup ton poème d'actualité.Il est criant de vérité et malheureusement tellement vrai. Fraternité est un mot qui est tombé dans l'oubli ...... il faudra le dico pour le retrouver ! Ce phénomène est malheureusement général .... Souvent j'ai envie de conduire un tank!

    Tu me diras quelles photos tu veux.

    Bon dimanche Lenaïg

    4
    Lundi 7 Mai 2012 à 17:25
    flipperine

    ce n'est pas qu'à Paris

    5
    DI le
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 08:33
    DI															le

    Paris est une ville des plus belles mais elle est très bruyante, surtout dans la rue. C'est vrai qu'à pied on peut avoir chaud aux fesses. Les Français sont pressés. Beaucoup de bruit, de claksons, de pimpon-pimpon, de monde. J'adore Paris, j'y retournerai un jour. Mais ce soir quand les Français attendront de savoir qui sera qui, c'est sur le fauteuil du salon qu'ils auront chaud à leurs fesses. Vive la France! :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :