• PROMENONS-NOUS DANS LE BOIS… - 4/4 - RAHAR

    porte.jpg

     

     

     

    On se retrouve face à face comme deux statues.

     

    — Hiram, ou qui que vous soyez, vous vous trompez complètement sur mes intentions.

    — Désolé professeur, mais j’ai une mission à accomplir.

    — Je sais, mais votre mission repose sur des prémices fausses. Je suis au courant des rumeurs répandues par ces idiots de l’institut. Je ne cherche pas une arme ancienne.

    — Quoi alors ? Votre truc là, est radioactif.

    — Je sais, mais ce ne sont pas seulement les armes qui utilisent la radioactivité. Laissez-moi aller au bout de ma quête et je vous montrerai, je vous jure sur la tête de feue ma mère que vous n’avez rien à craindre… ni le monde, d’ailleurs. De toute manière, vous ne pourrez pas me faire le moindre mal.

    — Vous faites usage de sorcellerie ?

     

    Il se contente de me sourire. Je vois un bout de chaînette à son cou. Un talisman ou quoi que ce soit, est dissimulé sous sa chemisette. Je ne crois que ce que je vois ; le fait est que mon attaque ne pouvait être contré que par un expert de mon niveau, à trois cents mètres, je fais mouche à tous les coups, comme les meilleurs snipers de l’AST. Cela semble se vérifier, je ne sais pas comment honorer mon contrat. On explique à l’assistant et au porteur que le prof a trébuché sur des cailloux et a failli tomber, mais je l’ai rattrapé. Et on continue notre chemin.

    Arrivé au but, Hiley se dirige d’un pas sûr vers la partie nord-est, après avoir jeté un bref coup d’œil dans un calepin tout racorni. Il paraît très bien savoir ce qu’il fait. Il nous mène, le porteur et moi, vers une stèle gravée de signes toute érodée et ressort son vieux carnet. Son assistante va de son côté, mitraillant tout avec son appareil photo.

     

    Le prof renvoie le porteur aider l’assistante dans son repérage. Restés seuls, il me fait un clin d’œil malicieux, puis se met à palper la stèle avec des gestes de chiropracteur. Abasourdi, je vois une dalle s’abaisser de quelques centimètres, s’incliner, puis glisser en grinçant dans une cavité, dévoilant des marches polies par des millions de passages. Hiley m’invite à descendre avec lui et allume une puissante torche. Je lui fais confiance et le suis. Ça sent le renfermé et je suppose que l’on ne peut s’éterniser ici, on risque de s’asphyxier.

     

    Après deux coudes, nous arrivons à une salle dont les murs sont métalliques. Ils renvoient la lumière de la torche avec l’éclat du métal non corrodé. Au fond, une sorte de bas-relief grisâtre, dont le centre est évidé. Le prof sort de sa besace un objet grisâtre, de la même couleur que le bas-relief. Je vois enfin l’artefact volé, un truc tarabiscoté d’une quinzaine de centimètres.

     

    — Qu’est ce que ce truc-là, professeur ? fais-je en montrant le bas-relief.

    — C’est une porte dimensionnelle, mon cher Hiram… enfin, si c’est vraiment votre nom.

    — Vous en êtes sûr ? Comment le savez-vous ?

    — N’oubliez pas que je suis archéologue. J’ai eu accès à beaucoup de documents très anciens, et contrairement à certains de mes collègues qui interprètent les textes selon leur conviction et non selon vraiment leur sens, j’admets ce qui semble incroyable. Certains anciens ont abandonné la Terre avec son humanité trop belliqueuse pour un autre monde de paix. Comme vous le voyez, ce n’est pas une arme.

    — Et je suppose que vous allez révéler au monde l’existence de cette porte.

    — Eh bien, non. Écoutez, les anciens ont probablement trouvé un monde où règne la paix, et on ne peut leur envoyer des gens qui peuvent y foutre le bordel. Vous savez comme moi la nature de l’humanité actuelle. Je crois même qu’il serait préférable de détruire cette porte.

    — Si c’est votre avis, pourquoi donc avoir voulu découvrir cette porte ? Votre curiosité de savant n’a-t-il pas ouvert la boîte de Pandore ? De ce fait, tôt ou tard, le secret sera éventé.

    — Peut-être, si je restais ici.

    — Que voulez-vous dire ?

    — Je vais rejoindre ce monde et détruire la porte. Je ne pense pas que l’humanité soit prête pour accéder à cette technologie.

    — Mais elle pourrait nous être utile, peut-être plus tard, quand la Terre sera surpeuplée.

    — Les anciens ont trouvé cette technologie. Je crois en l’humanité pour la recréer le cas échéant… enfin, si elle la mérite. Ne croyez surtout pas que je sois égoïste. Ma femme est morte l’année dernière du cancer. Mes enfants sont morts dans un accident. Rien ne me retient plus ici. Je compte refaire ma vie dans un monde que je pense meilleur. Du moins, je l’espère.

    — À condition que ce monde existe… et qu’il soit meilleur.

    — C’est un risque à courir. Comme je l’ai dit, je n’ai plus rien à perdre. Maintenant, sortez, si vous ne voulez pas être entraîné avec moi. Adieu.

     

    Hiley Impetaukey place l’artefact dans la cavité vide du bas-relief qui commence à luire, puis à palpiter. Je n’attends pas la suite et ne demande pas mon reste : j’ai ici, sur ce monde imparfait, mon cher Dany et ma douce Yvonne. Je ne me retourne pas et sors du tunnel. Ma mémoire eidétique retrouve les gestes du prof sur la stèle, et je les répète à rebours. La dalle reprend sa place. Je ne vois pas l’assistante, ni le porteur. C’est tant mieux. Je m’éclipse pour rejoindre la civilisation.

     

    Au milieu des ruines, il y a une sorte d’agora susceptible de recevoir un hélicoptère. En ne nous voyant pas, après nous avoir cherché en vain, je compte sur l’assistante pour appeler de l’aide avec l’émetteur d’urgence. On découvrira mon imposture, mais beaucoup penseront que je ne suis qu’un escroc tout simplement cupide et sans scrupule, allant jusqu’au meurtre.

    Je retrouve avec un bonheur accru ma petite famille.

    Mieux vaut « un tiens » pas vraiment désagréable que deux « tu l’auras » bien hypothétiques. L’AST a réglé mes honoraires sans faire de chichis. L’agence m’a envoyé un mail pour me demander le destin de l’artefact. Je n’ai pas répondu, ce n’est pas dans les habitudes de l’Éboueur de rendre des comptes non pertinents : il s’en tient aux termes du contrat, point barre.

     

    La porte dimensionnelle a-t-elle fonctionné ? Probablement que oui, car je repense à la question de Dany ; Hiley Impetaukey n’est donc pas mort, mais il n’est pas non plus sur Terre. Je ne peux cependant pas l’expliquer à mon medium de mioche… sinon plus tard, bien plus tard.

     

    Fin

     

    RAHAR

     

     

    15_2j1wW.jpg

     

     

     

    Photos du net, pour prolonger l'évasion vers l'ailleurs :

    • Etrange porte dans la forêt, 
      www.liege.mine.nu
       
    • Le grelot du chat du prince arkilien dans Men in black 1, qui n'était pas un grelot, mais contenait ... toute une galaxie, à protéger !
      www.quizz.biz


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Octobre 2011 à 08:03
    Lenaïg Boudig

    Bonjour Rahar. Je suis la première à poser un commentaire ? Pour les lecteurs, depuis hier, je ne peux encore rien te dire, les stats ne sont pas prêtes.

    Mais moi, je me suis régalée ! Pour une fois, nous voyons Klotz éprouver de la sympathie pour sa cible et en devenir complice ! Il trouve plus fort que lui mais sans perdre la face. Et on a aussi un coucou du p'tit Dany. Que voulait-il dire, en fait ? A-t-il senti que Hiley avait déjà un pied ailleurs, sans le connaître ? Troublant, et captivant !

    Merci beaucoup pour ce grand moment d'évasion. Bizzz !

    2
    Vendredi 21 Octobre 2011 à 11:35
    Lenaïg Boudig

    Et un grand bravo pour les noms de tes personnages, une de tes marques de fabrique ! Comme dans ton roman AEDENIA que je viens juste de terminer !

    3
    Samedi 22 Octobre 2011 à 05:26
    Marie-Louve

    Klotz a su garder la tête haute en faisant preuve de bon jugement devant Hiley qui finalement n'avait rien de malicieux sinon de désirer vivre dans un univers pacifique. Klotz conserve son image d'éboueur, de nettoyeur de ce monde corrompu. Hiley aspirait à la paix et à la justice donc, il fallait le laisser à son choix et son risque. Super ce récit ! Merci à Rahar.

    4
    Samedi 22 Octobre 2011 à 20:02
    Marie-Louve

     Bon WE !

    5
    Rahar
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 08:40
    Rahar

    Salut ma grande. N'oublions pas que Dany est prophète, mais comme il est encore petit, il ne maîtrise pas encore l'interprétation de ses visions. Je savais bien qu'Aedenia te plairait. Je pense sérieusement à en concocter un autre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :