• MENSONGE GENETIQUE - N° 7 - Fin de la nouvelle - Rahar

    881588_1.jpg

     

     

    Alphonse et Betty étaient arrivés essoufflés à la clinique : leur avion avait eu du retard. Le père de Richard faisait déjà les cent pas dans la salle d’attente, un cigare éteint au coin de la bouche. L’heureux futur père assistait, légèrement inquiet, à la césarienne : le bassin de Lucy était un peu étroit. Le docteur s’affairait, assistée de deux infirmières dont l’une plutôt novice. La tête du bébé était sortie.

     

    — Bêêêêh…

    — Infirmière ! Sortez !... Non mais…

    — Oh ! Mon Dieu !… La pauvre enfant !

    — C’est quoi ÇA, docteur ?

    — Ben, c’est votre fille, mon gars.

    — Mais c’est monstrueux !

    — Votre femme a-t-elle été exposée à des produits dangereux ?

    — Pas que je sache. Vous l’avez bien consulté juste avant, non ?

    — Alors c’est génétique.

     

    *

     

    — Non, non et non, mon fils n’a pas engendré ce monstre. C’est la faute de votre fille.

    — Si vous ne l’aviez pas forcé à vous faire un petit-fils, cela ne serait jamais arrivé.

    — Que voulez-vous dire, beau-papa ?

    — Venez avec moi, Richard, laissons les hommes se chamailler. On va parler.


    *


    Betty raconta tout à son gendre, toute l’histoire cachée de sa femme, depuis sa naissance jusqu’à son opération de chirurgie esthétique.

    — Tenez Richard, j’avais gardé une photo d’Aglaé… ou Lucy comme vous l’appelez. Remarquez, elle a pris son deuxième prénom après son opération : elle voulait se refaire une nouvelle vie, loin de l’environnement qui ne lui avait apporté que tourments.

    — Mais elle aurait pu me dire la vérité, j’aurais compris son aversion de l’enfantement. J’aurais tenu tête à mon père. Le mariage est basé sur la confiance réciproque.

    — Je sais, oui, mais nous n’avions pu la persuader. Je suis désolée. Qu’allez-vous faire maintenant ?

    — Je ne sais pas encore. Lucy m’a trompé. Nous allons nous brouiller avec mon père. Ma tête éclate !

     

    *

    — Je t’avais prévenue, ma puce. Rien ne vaut la vérité. Tu connaissais ta tare, tu aurais dû agir avec responsabilité.

    — C’est une dure leçon, papa. Mais j’étais déchirée, le père de Richard n’a plus que lui, je n’ai pas eu le cœur de les séparer.

    — Ce qui est fait est fait, on ne va plus y revenir. Tu sais que tu es toujours la bienvenue ici avec ta fille. Mais va voir ta mère, elle désire te parler.

     

    — Alors Aglaé, qu’est-ce que tu vas faire maintenant que votre divorce est prononcé ?

    — Je ne sais vraiment pas, maman. Je suis abattue, et c’est ma faute.

    — Tutut, c’est la faute de ce vieux débris gâteux et démodé. Ce Richard est aussi un faible, il ne t’aime pas assez. Que vas-tu faire de l’enfant ?

    — Je suppose que je vais l’élever…

    — Attend, écoute-moi. Tu ne veux tout de même pas que ton opération ait été faite pour des prunes. Tu as encore la possibilité d’avoir une vie heureuse.

    — Mais comment ?

    — D’abord, tu vas laisser ta fille ici, nous allons l’élever : ton père a déjà l’habitude. Elle ne serait qu’un poids trop lourd pour toi, non ne proteste pas. Ensuite, tu vas te faire ligaturer, ton père n’a pas besoin de le savoir, ainsi tu n’auras plus à mentir ni avoir de cas de conscience, puisque tu seras stérile. Enfin, va dans un autre pays refaire ta vie. Tu trouveras un autre homme, meilleur que ce Richard, qui ne subira pas de chantage de sa famille et qui t’aimera pour toi-même. Va ma fille, et sois heureuse.

     

    * *

    *

     

    330x330_1248770999peluche_ours_blancwwf.jpg

     

     

     

    RAHAR

     

    FIN

     

     

     

    Ourse blanche et son petit en peluche WWF 

     

     


     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Avril 2012 à 16:29
    Marie-Louve

    Cruelle leçon de vie, mais quand la fatalité peut être éviter, il faut prendre les moyens possibles. Merci à Rahar qui nous a offert un autre récit qui raconte les douleurs humaines quand le mauvais sort génétique s'en mêle. Bon dimanche Hélène. Bises.  

    2
    Dimanche 22 Avril 2012 à 17:02
    Monelle

    Premier couccou sur un blog depuis presque une semaine ! Je vais mieux mais ce n'est pas encore la panacée ! Je vais reprendre doucement demain mes visites !

    Je viens de passer un délicieux moment, grâce à Rahar, en lisant les 7 épisodes d'un coup ! Une très belle histoire qui se finit mal mais qui reflète au moins la réalité de la vie !!!

    Merci à vous deux pour ce moment passé en votre compagnie.

    Plein de gros bisous

    x_3c536535

    3
    Dimanche 22 Avril 2012 à 17:59
    flipperine

    quelle histoire

    4
    Dimanche 22 Avril 2012 à 19:36
    jill-bill.over-blog.

    Bonsoir vous deux !  Sage solution ou non, chacun son avis, mais il est choix à faire, ce fut celui-là !  Nous risquons nos santés dans certaines professions c'est certain !    Bonne soirée électorale Lenaïg !   Bizzz de jill, merci !  

    5
    DI le
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 08:34
    DI															le

    Comme c'est malheureux! Je suis toute triste pour eux. Pour la petite fille qui vient de naître, sa vie sera semée d'embuches, comme Aglaé avant elle. Pourvu qu'elle soit aussi forte de caractère que sa mère pour passer au travers de la vie sans trop souffrir de la méchanceté de ceux qui se pensent normaux. C'est le sort injuste réservé à de pauvres enfants handicapés qui naissent sans que ce ne soit de la faute de personne......................... J'ai aimé ton histoire Rahar.................. Hélène, la photo de maman ourse et son petit ourson ... elle est adorable. On a presque envie de crever l'écran pour les caresser.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :