• Marie-Louve, page poétique, nouveau poème et souvenirs

    960359369.jpg

     

     

     

    Mon pays c'est la neige

    Sous les pas, elle crisse

    La coupe est pleine

    N'en jetez plus, calice

    Déborde les mots, ma pelle

    Blanche ne dérougit pas.

     

    Marie-Louve

     

     

    ***

     

     

    Pourquoi

    C’est la beauté qu’on étale pleine page en montrant des images avec des sourires diamantés, payés par le prix du sang des chaînes d’esclaves mis au travail pour avoir le droit à une seule  bouchée de pain ?

     

    Pourquoi

    Des tissus de mensonges pavanent des couleurs et des formes sur des passerelles griffées à l’encre noire ?

     

    Pourquoi 

    Le bonheur court toujours devant nous sans avoir de prix ?   Il est toujours ailleurs sur des écrans ou dans une tour de Babel ?

     

     

    Marie Louve

    (retrouvé dans mes vieux cahiers).

     

     

    Brueghel-tower-of-babel.jpg

     


     

    ***

     

    Tirelou

     

    Vois-tu comme moi, la douceur voluptueuse

     

    Dans mon âme  sauvage, amoureuse sans cœur

     

    Sous la lune, dehors, près de toi, bat la peur

     

    Du monde paré d’horreur, ailleurs,  majestueuse

     

    Bête d’espace,  sous le vent, audacieuse

     

    Traînant  glace blanche au soleil, fond sans rancœur

     

    Sans remords, elle s’élance, compte ses pas vainqueurs

     

    Boule, roule s’enroule de blanc, tend l’oreille capricieuse

        

    Dresse la queue, nez à nez, elle flaire le spectacle

     

    Sur le champ son désir, une louve chasse l’obstacle.

     

    Droit devant, haut museau, patte de velours pose

     

    Son œil ouvert surveille, guettant jusqu’à l’aurore

     

    Noyant l’étang de froid, une lune d’or s’endort

     

    En déchirant le vent percé de soleil rose.

     

     

    Marie Louve

    (Souvenir des cours de poésie. Gracieuseté de Slévich . Les erreurs commises sont ma responsabilité. Vous trouverez ci-haut ma poésie boiteuse aux mille pattes désajustées). 

     

     

    tapisserie-lurcat.jpg

     

     

    Illustrations du net :

    • Ours polaire (sauvage) faisant ami-ami avec chien husky de traîneau, dans le Manitoba (Canada), photos et films de Norbert Rosing (nombreux liens possibles en demandant le nom du photographe !)
    • Tour de Babel, tableau de Brueghel
    • Tapisserie de Jean Lurçat, Aubusson

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Février 2012 à 18:14
    jill bill

    Bonjour Marie-Louve, mon pays ce n'est pas un pays c'est l'hiver chantait Gilles Vigneault...  Merci pour le partage de tes vieux cahiers... Des pourquoi déjà et des rimes plaisantes...  Bonne soirée Lena, bizzzz à vous deux !  Jill  

    2
    Dimanche 5 Février 2012 à 18:20
    libre  necessite

    Bel emblème pour tous les poètes que cette our de Babel. Bises Dan

    3
    Dimanche 5 Février 2012 à 19:54
    Monelle

    Un billet plein d'amour, de pourquoi et de souvenirs, merci Marie-Louve ! Ta première photo est magnifique et prouve ue l'amitié est possible ! Bisous à toi mais aussi à Léna qui nous permet de te lire !

    Bonne soirée à vous deux !

    Monelle

    4
    Dimanche 5 Février 2012 à 20:38
    Lenaïg Boudig

    Coucou Monelle, et Marie-Louve ! C'est une écriture inspirée par le mouvement surréaliste et André Breton, n'est-ce pas, Marie-Louve, par moments ? Une démarche qui peut aussi déboucher sur les "cadavres exquis", ou canards exquis comme nous les nommait Tof', des jeux d'écriture en commun qui nous ont fait passer des heures passionnantes et désopilantes, ah oui ! Belle soirée, bizzz à vous deux !

    5
    Lundi 6 Février 2012 à 19:27
    Marie-Louve

    Un gransd et chaleureux merci à vous tous. Je relis avec plaisir ces souvenirs de jeux partagés. J'avais oublié... Merci Léna ! Bonne soirée chez vous. Ici, l'heure du déjeuner bat son plein :-)). Bisous. 

    6
    Mona l
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 08:37
    Mona															l

    Eh oui drôle de décalage... horaire! c'est à la fois beau et surprenant pour moi qui suis plus qu'ignare avec la poésie qui me berce, m'emporte ou me laisse profondément indifférente ce qui n'est pas le cas ici car ces mots évoquent de belles images de neige, de couleurs et de bêtes pas si sauvages que le coeur de bien des hommes (et femmes) qui s'entretuent sans pitié partout sur la planète et parfois pas si loin....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :