• La fièvre de l'écriture - Lenaïg

     
    Cornelius-la-planete-des-singes
     
     
     
    La fièvre de l'écriture s'est installée dans mon sommeil, qui a été peuplé de péripéties rocambolesques où, tour à tour :
     
    • un suzerain rhinopithèque sans nombril, dans un décor à la Planète des Singes comme il se doit, m'envoie en mission sur les traces d'une licorne, caressant le fantasme peccamineux de l'avoir auprès de lui comme un animal de compagnie ; un bref instant, je me retrouve chez mes grands-parents, eux-mêmes rhinopithèques (mais moi aussi !) ; mes grands-parents rhinopithèques comme moi, donc, dissimulant  leur inquiétude, me recommandent de jouer le moins possible les funambules, car la dernière fois j'ai failli tomber et ma vie n'a tenu qu'à un filet !
       
    • sans tambour ni trompette, me voilà douanier (les rêves, on sait ce que c'est !) en planque dans un escalier, attendant la livraison de fausses pyrogravures précieuses à un destinataire clandestin découvert par des recherches concentriques ... Une déflagration me fait ouvrir les yeux, transformant mes doubles nocturnes en des ectoplasmes impuissants à me retenir dans l'illusion.
    • 
    Le jour s'infiltre entre les tentures de ma fenêtre, que je vais ouvrir sur un ciel bleu, que j'aurais voulu de printemps malgré le léger brouillard rose sale de pollution toujours présent au ras des édifices dans les grandes villes, ce que la température fraîche dément. La déflagration de mon dernier rêve est en fait le déchargement de la collecte du conteneur de verres dans le camion préposé à cet effet, que je vois s'éloigner. Le gardien de l'immeuble, lui, sort du parking souterrain, au volant de son petit tracteur, remorquant son train de bennes à ordures ...
     
    Assez d'air frais ! Je bas en retraite dans l'appartement et la feuille de papier où s'inscrivent les vingt-cinq mots trône sur mon bureau comme un rappel narquois ! Il me faut écrire un texte qui les liera tous. C'est bien la liste de cette semaine qui m'a inspiré mes aventures de la nuit. Je ne me déroberai pas, au contraire je me glisse dans ma robe de chambre douillette et mon petit déjeuner, moment sacré, sera aussi dilatoire que ... dînatoire.
     
    Tandis que je sirote mon café, le texte se met en place dans ma tête et je me garde en réserve pour plus tard cette idée de personnage sans nombril. Bien sûr elle a déjà été développée dans diverses oeuvres de fiction, mais elle est fascinante ! Comment cela se fait-il, en effet, que mon suzerain rhinopithèque n'en ait pas eu, lui ?
     
    Lenaïg,
    pour le jeu des Mots ... tion du magazine L'Esprit de la lettre sur facebook
    (Dominique Bar et Freddie Sailor)
     
    et en souhaitant une
    bonne fête à toutes les femmes et à tous les êtres vivants
    (voir hier pour la dite "Journée de la femme", le défi n° 50 de Lilie).
     
     Mots imposés en bleu.
     
    Illustrations :
    • Cornelius dans La Planète des Singes
    • Jouet camion poubelle : n'est-ce pas merveilleux, la benne à ordures gagnant ainsi ses lettres de noblesse, au même titre que le camion des pompiers ? 
    • Il existe aussi des pots à crayons en plastique fait de déchets recyclés, sous la forme de poubelles, très rigolotes, que j'ai découverts hier soir, ce qui fut l'objet d'un fou rire entre une petite fille et moi, complicité joyeuse et douce bien agréable. Sur le net, je viens d'en trouver une qui remplit la fonction de taille-crayons, je ne résiste pas à nous la mettre sous les yeux également !
       

     

    Poubelle - jouet-enfant-camion-poubelle
     
    Poubelle - Supply mini trash can pencil sharpener

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Mars 2011 à 13:25
    Monelle

    Exercice pas évident du tout surtout avec le nombre de mots ! bravo !!!

    Bonne journée

    2
    Mardi 8 Mars 2011 à 13:28
    jill-bill.over-blog.

    Salut Lena... 25 mots comme 25 notes de musique...  à faire chanter ensemble. C'est tjs très réussi, tu es un chef d'orchestre doué ...  Ton taille-crayon wouah !!!  Bisous de jill

    3
    Mardi 8 Mars 2011 à 15:37
    Marie-Louve

    Quelle nuit ! 25 mots qui t'ont hantée dans ton sommeil en se planquant sur ton imagination fertile. Et voilà qu'au réveil, une soupière à café on envie et une histoire qui se tient debout devant nos yeux nous fait rire. Bonne journée Léna. Bravo pour cet exercice fort bien réussi. Bizs.

    4
    Mercredi 9 Mars 2011 à 22:08
    Mireille

    Oh!oh! rhinopithèque! Et ben! En tous cas chapeau! J'aime beaucoup ce délire, pardon, je voulais dire rêve, qu'il soit de nuit ou de jour! Bises. mireille

    5
    DI le
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 08:47
    DI															le

    Tes photos sont toujours appropriées pour bien aller avec ton texte. Mots imposés pas toujours faciles à intégrer dans un texte et ça prend bien la fièvre de l'écriture pour réussir. Chapeau Hélène.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :