• soleilvertPourquoi avait-il ramassé ce document tombé devant lui ? Avait-il bien fait d'apprendre ce texte par coeur, ces mots qui ont pris vie en lui-même ?

    « Est-ce moi le déclencheur de cette horreur, ou eux qui...? »

     

    Utiliser, à leur insu, des virus manipulés génétiquement pour greffer des gènes modifiés dans l'ADN des individus. 

    La mutation génétique se propagera insidieusement comme une épidémie.

    Les laboratoires pharmaceutiques pourront utiliser cette méthode pour générer de nouvelles maladies dont ils seraient les seuls à vendre le remède...

    Degré d'application : 4

    Rendre floue la frontière entre le vivant et le non-vivant.

    Augmenter la confusion du public sur la distinction entre les êtres vivants et les machines.

    Horizon de réalisation : 2012

    Obtention de l'accord du public : assez aisée

    Stade de réalisation : 2

     

    « Merde, je ne veux plus rien entendre ! »

    Il résiste mais sent l'entonnoir se resserrer... Et toujours cette voix :

     

    OBJECTIFS

    Obtenir une acceptation  des manipulations génétiques et des futurs implants

    MOYENS UTILISES

    Banaliser et multiplier les machines imitant l'apparence ou le comportement des êtres vivants :

    - robots-jouets, tamagotchis

    - Réalités virtuelles, jeux de rôle, artefacts, avatars...

    - animateurs TV virtuels

    - au cinéma : personnages androïdes ou porteurs d'implants bioniques, néo-vampires, créatures hybrides :

    mi-hommes mi-machines...

    Degré d'application : 3

    Implants

    Faire entrer les machines dans les corps, banaliser piercing et tatouages extensibles.

    Horizon de réalisation : 2008

    Stade de réalisation : 3

     

    « Je suis passé au travers des vaccins tueurs et des puces numériques, ils ne m'auront pas ! »

    Victor tourne nerveusement le volant de sa Citroën BX. Sans attendre le billet tendu par l’horodateur,

    il se précipite dans le hall de l'immeuble et fonce au neuvième étage. En manquant de glisser sur le sol trop ciré,

    sa main se raccroche in extremis à la poignée 102.

    « Ouf ! Arrivé juste à temps... Carmen, si tu pouvais être là ! »

     

    — K 871, ne traînez pas ! gronde l'ultimate.

    « Ça y est, ça recommence!... » bougonneVictor. « Manquait plus que lui ! »

    Passage dans l'hygiénateur ! crie le microphone du bâtiment où il vient de pénétrer.

    Bip, Bip, BIP ! Niveau 5 ! Vous n'avez pas les bactéries requises : repassez dans le tunnel !

    « Mauvais point. Qu'est-ce que je vais leur débiner comme explication ? » se demande Victor. Il n’a pas le temps de

    réfléchir — Aspiration dans un trou béant. Tapis roulant. Lumières aveuglantes. Jets multiples et puissants.

    Soufflerie continue dans un bruit mécanique...

    Victor serre les lèvres et retient sa respiration pendant le passage malodorant de l'hygiénateur.

    Il lui semble que ce moment dure une éternité.

    Essoufflé, il parvient, encore étourdi, devant une porte magnétique ornée d'un écran plat. Celle-ci pivote en glissant

    devant l'hôtesse du service :

    — Louvier K 871 ? questionne-t-elle.

    « Enfin, une voix humaine » se dit-il soulagé.

      Oui ! C'est pour le rendez-vous.

    Sans ménagements, la femme, plus machine que vivante, attaque sèchement :

      Pourquoi ces trous dans votre CV ? Possédez-vous des justificatifs que votre Ultimate n'ait pas enregistrés ?

    Ma puce a des problèmes et certains éléments sont effacés.

      Effacés ? Étrange qu'il n' y ait pas de rapport. J'en réfèrerai au chef de service.

    Après un moment, l’hôtesse interroge à nouveau :

      Comment se fait-il que vous n'ayez pas intégré l'unité de production que nous vous avons désignée, Louvier ?

    La voix féminine se montre encore plus administrative. Mauvais signe.

      Je... Je...

    Vous êtes invité chez R 15 !

     

    « R15 ? »

     

    Brouillage :

    Banaliser la nécessité de recourir aux techniques de procréation artificielle en les justifiant par des motivations

    médicales: bébés-éprouvette, mères porteuses, couveuses pour bébés prématurés...

    Degré d'application: 3

    Les moyens ultimes : Proposer aux populations l'échange de la liberté de procréer contre un accès à la " pilule

    d'immortalité ou de superlongévité " que les laboratoires ont mis au point (à partir d'un cocktail d'hormones,

    vitamines, oligo-éléments, antioxydant, et de certains extraits végétaux).

    Compte tenu des problèmes démographiques que causerait cette future pilule, son accès serait réservé, au départ,

    aux personnes qui auront accepté de se faire stériliser et celles acceptant notre projet de société.

    À terme, l'égoïsme des gens leur fera choisir l’option :"vie éternelle" plutôt que celle d'engendrer des enfants

    naturels. De même, la tentation d'accepter sera renforcée par la possibilité de choisir sur catalogue les

    caractéristiques de son enfant.

    Degré d'application : 3

    OBJECTIF : 2012

     

    — R15 ?

    le pire scénario pour un citoyen répertorié.  Introduit dans une grande pièce noire pleine de glaces sans tain et Poussé

    sans ménagement sur une chaise froide Victor entend une voix inconnue retentir d'on ne sait où :

    Attendez là !

    L’engourdissement survient aussitôt. « Je croyais pourtant m'être libéré des microrobots, merde ! »  songe-t-il avant

    de sombrer dans un sommeil profond :

     

    Noir ouvrant sur un vert flou...

    « Où suis-je ? 2010, 11, 12 ? »

    Après une décennie folle et le sommet de Copenhague, la machine s'est emballée. Le vaccin H1N1, par vagues

    imprévues, a suscité une peur grandissante et frappe le monde entier au cours du printemps. Couvre-feu et loi martiale

    s'imposent comme par enchantement. Les camps s'ouvrent...

    Ça et là, des migraphones hurlent :

    Les citoyens sont priés de se faire répertorier sous peine de prison !

    Comment en est-on arrivé à ces extrémités ?

    « Est-ce un rêve, vais-je me réveiller ? Carmen, comme nous nous aimions ! »

    Auteur : Dominique


    3 commentaires

  • Skute
    Roman jeu multiplume par courriels.
    ***


    Un immeuble, sis au 101 Rue de la Mazurka.
    Une ville imaginaire : Santa Patata.
    Un pays inventé : Miroboland, frontière commune et nombreux liens avec la France.
    SKUTE = Skarpetta & Services Secrets Unifiés de Toute l'Europe (organisation policière).

    ***

     





    Auteur : Lenaïg

    De : 23 9 12 6 18 9 4 @ skute.mi
    Envoyé : 06/10/09 07:27:18
    A : 6 18 5 4 .12 15 21 18 @ skute.mi
    Sujet : privé


    Mon bras droit,

    Mission réussie, hein ! On les a eus !

    Luigi, Faroukolov et leurs sbires sont à l’ombre, déjà jusqu’au procès, certains à Miroboland, d’autres en Moldénie.

    Le vieux Romain Baladeuse a été laissé en liberté, il a regagné son île.

    Mais de quelle peine écopera-t-il, au procès à Skarpetta dans trois mois ?


    Ahr, je me suis réconcilié avec Homère Dalors, mon fils spirituel.

    Il a piqué un coup de sang, quand je me suis pointé dans sa ferme des Monts d’Arrée.

    Je lui ai révélé que les énergiques savants en "oviculture" (terme inventé, en fait) ne s’y connaissaient pas plus en moutons qu’en vaches !


    Mais je l’ai félicité sur sa discrétion et sur sa participation,même involontaire, à la réussite de notre coup fumant. Les big bosses du SKUTE ont été très généreux avec lui et son associé ; son cheptel ovin, ou bovin, je ne sais plus, peut brouter sans crainte.

    Ce qu’Homère ignore, c’est que notre protégé, Anton Vega, petit-fils de Fitz,Gontran de la Vega Fitzpatrick, l’illustre auteur du tableau “La Putana Gondoliza qui pose nue en jouant du piano”, a eu chaud aux fesses !
    Je te l’apprends maintenant : les deux cocos de l’agression de Tugdual, figure-toi qu’ils se sont radinés un jour à Braspart, dans un 4/4 Kamasutra tout ce qu’il y a de plus moldène, plaques minéralogiques françaises flanquées à la diable devant comme derrière.


    Qu’est-ce qu’ils croyaient ? Que les Monts d’Arrée, c’était la brousse kenyane ?
    Ils n’ont trompé personne, surtout pas les braves Bretons du cru !
    Sproutchenco et et Popotchev, alias Bécassine et Corentin, tout clownesques qu’ils soient, les ont pistés.
    Arrivés en habits plus discrets qu’à la fête, ils ont obtenu, sans problème, l’indication et la certitude de l’endroit précis où voulaient se rendre nos tueurs.


    L’équipe les a cernés, neutralisés, en pleine nuit, sans bruit,
    tandis qu’Homère, Anton et tout le petit monde de la “ferme” dormaient à poings fermés.
    Promotion sûrement pour Sproutch et Pov, mais surnoms qui désormais leur colleront aux talons !


    Anton, depuis, a disparu ! Laurie aussi !
    Bon, je ne te fais pas languir : ils ont embarqué, plus amoureux que jamais
    sur un cargo, qui faisait escale à Glasgow, puis je ne sais plus où.
    Anton dispose ainsi des décors pour sa future bande dessinée.

    Il réapparaîtra à Skarpetta lors du procès et s'évanouira aussitôt qu'il aura témoigné !
    Laurie a accompli sa tâche à Glasgow, une nouvelle mission, essentiellement de collecte d’infos ; elle continue.


    Maintenant, les choses sérieuses : MOI, et TOI !


    Moi d’abord.
    Je fais valoir mes droits à la retraite. Ma Georgette va m’occuper à plein temps et s’occuper de moi dignement.

    Il va juste falloir qu’elle cesse de chanter si fort la nuit, que mes pauvres voisins ne s’imaginent pas que nous hébergeons des ours en rut, des hiboux en folie et toute une sauvage ménagerie.


    Toi :
    Eh bien, j’ai communiqué en haut lieu un solide dossier sur toi, en demandant qu’on examine favorablement mon souhait que tu me succèdes à la tête de la section mirobolandaise.
    Je ne te promets rien, au cas où les grands pontes du SKUTE affecteraient à mon poste un Mirobolandais plutôt qu’un Français.
    Tes états de service devraient primer ...


    Take care,
    Signé : Tonton Bizou 1er
    (comme disaient Lolita et Laurie ; mais oui, je le savais, je n’étais pas le boss pour rien !).
    ***

     
    De : Fred (décodé)
    Envoyé : 06/10/09 07:35:29
    A : Tonton Bizou 1er !

     

    Merci, Chef !


    Et cette pauvre “Gondoliza, etc” ? Je me demande si le Ranch Bouches la récupèrera,
    car les expertises des documents d’achat se précisent et pas grand chose
    n’avait été fait légalement.
    Nous, nous savons qu’ils ont payé la rançon des truands pour la récupérer ...
    Quel phénomène, ce Romain Baladeuse ! Tout fomenté de son île paradisiaque ...
    Vu son âge avancé, tout ce qu’il risque, c’est de devoir rendre l’énorme somme d’argent viré sur son compte !
    Allez, j’espère qu’on le laissera vivre ses vieux jours sur son île et prendre ses bains de minuit avec sa Dolores chérie !
    ‘Faudra garder un oeil sur cet as de l’informatique !


    Alors, c’est pour cela que je n’ai pas encore reçu mon nouvel ordre de mission ?
    Le grand conseil des chefs est en train de me disséquer ? !
    Bon, je me tiens prêt. Et si ce n’est pas moi, au moins je pourrai
    encore frétiller sur le terrain !
    Ouais, si ma candidature est validée, ce sera un honneur de te succéder
    mais, au début, à propos d’ours, c’est moi qui tournerai en rond,
    comme un gros plantigrade en cage. Pas habitué à la sédentarité !
    Mais ... j’ai ma Noëlle, qui saura me faire oublier.

    I keep in touch !

    Mes respects, Patron,
    Fred Louarn
    ***

     

    De : agence de presse mirobolandaise

    Envoyé : 06/10/09 23:45

    A : La Gazette, Le Merlan, L'Ornithorynque libre, Actualités, Scandales …

    Objet : dernière minute


    Luigi Paper, impresario et homme d'affaires bien connu à Miroboland, appréhendé discrètement lors d'une fête extraordinaire chez lui, dont bien des Santapatatais se souviennent encore, inculpé dans l'affaire du vol du tableau La Putana gondoliza qui pose nue en jouant du piano, a réussi à s'échapper !


    Sa disparition a eu lieu hier soir à l'extérieur des locaux moldènes, siège du SKUTE, avant que M. Paper, sous bonne garde, ne gravisse les marches pour pénétrer dans la secrète maison (à laquelle aucun journaliste n'a encore eu accès).


    Il faisait nuit, il était tard et les rares témoins ont donné une version extravagante de l'événement : t
    ous les policiers présents ont été immobilisés sur place, figés dans leur position du moment, par l'action d'armes inconnues qu'ont braqué sur eux quatre individus cagoulés. Les quatre individus et Luigi Paper se sont engouffrés dans un véhicule non identifiable qui se serait ensuite envolé !


    Il reste à démêler le vrai du faux dans ces témoignages, mais les témoins sont entre les mains du SKUTE et nous ignorons leurs identités. Notre source vient d'un SDF, que le SKUTE n'a pas remarqué, mais il était dans un tel état d'ébriété qu'il a été difficile déjà de recueillir ces premiers éléments.
    ***


    3 commentaires
  • PinkPantherLove15202 a

    Roman jeu multiplume par courriels.
    ***
    Un immeuble, sis au 101 Rue de la Mazurka.
    Une ville imaginaire : Santa Patata.
    Un pays inventé : Miroboland, frontière commune et nombreux liens avec la France.
    SKUTE = Skarpetta & Services Secrets Unifiés de Toute l'Europe (organisation policière).

    ***

     

    Adresses des correspondants apparaissant dans ce chapitre :

    c-luigi-paper à hotmail.com

    Faroukolov @ gmail.com

    Secretariatromainbaladeuse @ blablabla.bet

    Lolitadelrosio @ qcoa.mi

    23 9 12 6 18 9 4 @ skute.mi

    ***

    Auteur : Om Salma.

      

    De : C-luigi-Paper

    A : Faroukolov

    Le : 25.9.2009
    Objet : le feu me brûle les tripes

     

    Je n’ai jusqu’à présent reçu aucun fil de Lolita – j n’sais pas si t’as du nouveau de ton côté – sans nouvelles depuis déjà 4 jours, je suis comme dans un brouillard et je sens comme un feu qui m’bouffe les tripes - à cette heure-ci elle devrait être déjà de retour – j’ai peut être eu tort de lui faire confiance – mon cœur ne me préconise rien de bon – voilà… de deux choses l’une ou qu’elle m’ait doublé ou que la police ait suivi sa trace - Dans tous les cas, j’ai un mauvais pressentiment. Voilà c’est sûrement lâche de ma part – j’attends encore un peu – sinon tu connais ma formule - la fuite- je n’voudrais pas moisir dans un trou moi.

    ***

    De : Faroukolov

    A : Secrétariat-Romain Baladeuse

    Le : 25.9.2009
    Objet : SOS


    Rien ne va plus du côté de Luigi - Nous sommes dans une impasse – il est nécessaire que le Boss intervienne
    par lui-même –– j’ai des doutes et je préfère les signaler – il prétend être sans nouvelles de sa poule aux œufs d’or autant que de la toile – moi je pense plutôt qu’il veuille tout garder pour lui pour s’faire le plus de frics, voire même devenir caïd – je n’peux agir seul , sans les directives du patron - si jamais, il décide d’intervenir en personne pour lui arranger un peu la cravate , je ne manquerai pas de lui donner main forte –
    Le dévoué Faroukolov

    ***

     

    De: Secrétariat-Romain Baladeuse

    A : Faroukolov

    Le : 25.9.2009
    Objet : Visite inopinée au 101 rue M…..

     

    Aujourd’hui, le boss m’a envoyé son verre de whisky à la figure (faut dire que j’ai eu tort d’entrer sans frapper dans son bureau. Après tout… je le connais assez bien pour lui pardonner son tempérament brutal et impulsif) - je n’te dis pas la crise de nerfs qui l’a eue, en lisant ton dernier email – il est devenu méconnaissable comme épousé par le démon - il a injurié, blasphémé, cassé tout sur son chemin - il dit, que cette histoire de tractation de tableau lui a fait perdre la face auprès de son client – il affirme que si ce Luigi s’avère vraiment jouer avec le feu, il aura affaire à lui en personne - il a juré de l’égorger vivant pour en faire un exemple - pour lui c’est une question d’honneur beaucoup plus que d’argent – et tu sais bien que quand il s’agit d’honneur Monsieur Romain ne pardonne jamais.

    Le message qu’il te donne : Il quitte son île de rêve pour être demain au plus tard à 11h00 au 101 rue Mazurka – Il te veut présent avec lui – Pas un mot à Luigi, il veut lui faire la surprise.

    Secrétariat Romain Baladeuse

    ***

     

    De : 23 9 12 6 18 9 4

    A : Lolita Del Rosio

    Le : 25.9.2009
    Objet : Retour immédiat au 101 rue M……

    Dernier email intercepté par Interpol dit que Romain Baladeuse avéré chef du clan Paper sera demain matin au 101 rue Mazurka – faut rentrer de suite au bercail pour prendre soin du bébé – une descente policière se fera en temps opportun – avec tous les honneurs du SKUTE qui vous attribue le grade de lieutenant-colonel pour l’excellent travail accompli –

    ***

     

    De : Lolita Del Rosio

    A : C_Luigi-Paper

    Le : 25.9.2009
    Objet : Je rentre

    Chéri de mon cœur,
    Affaire en poche, je serai de retour demain –– pour ne pas attirer l’attention, pas besoin de venir me chercher – tu m’as beaucoup manquée – j’ai hâte d’être dans tes bras – tu t’laisseras faire j’espère (...) J’te raconterai tout en détails à mon retour - t’as pas à t’inquiéter -

    Bisous…. Partout… partout…. Partout…..

    ***

     

     

     Image : home.comcast.net/.../PinkPantherLove15202-a.jpg
    page cgi.ebay.com/...


    2 commentaires
  • a6ce91443f690d0979d788694448382d-2



    Les morceaux marrons en italique ont  leur source partielle sur un site internet (les maîtres du monde)

     

    Avertissement :  Toute ressemblance avec des personnages qui auraient existé ou des événements qui se

    seraient produits ne peut être attribuée qu'à l'intrusion intempestive d'un univers parallèle.

    Jacqueline Harpman.

     

     

     

    Alias  "K 871"

     

     

    ‘Abêtisation ’ de la population.

    Horizon de réalisation : 1990

    Obtention de l'accord du public : facile

    Stade de réalisation : 5

    OBJECTIFS

    Empêcher le public de réfléchir et de se poser des questions sur sa condition et sur la manière dont la société est

    organisée et dirigée.

    Rendre le public facilement manipulable en affaiblissant ses capacités d'analyse et de sens critique.

    MOYENS UTILISES

    Diffuser massivement des programmes TV débilitants.

    Noyer les informations et les connaissances importantes dans un flot de nouvelles insignifiantes. Censure canalisée

    par un trop-plein d'informations.

    Promouvoir des loisirs de masse abêtissants.

    Encourager la consommation de tranquillisants et de somnifères.

    Autoriser sans restriction la consommation d'alcool, et vendre ce poison à un prix accessible aux plus défavorisés.

    Faire en sorte que l'éducation donnée aux couches inférieures soit au plus bas niveau possible. Justifier ces mesures.

    Réduire le budget de l'éducation nationale et laisser se développer dans les écoles des conditions de chaos et

    d'insécurité créant l'impossibilité d’un bon enseignement.

     

    « Aaaah ! Encore ce maudit cauchemar qui me revient : un texte sur une feuille blanche accompagné d'une voix

    métallique. Vite, lève-toi ! Tu dois être prêt avant qu'ils ne te repèrent ! »

    Paris, 21 décembre 2033, la ville est grise sous un ciel décrépit.

    Il sort de son lit, mécaniquement, comme quelqu'un qui a une "gueule de bois" après une soirée trop arrosée.

    Il prépare son petit déjeuner et sa tête vide résonne tout en cherchant une lumière, un sens à ce nouveau

    matin. Rien...

    Le voilà dehors tel un zombie, impersonnel, triste et angoissé comme le temps du jour.

    « Qu'ai-je fait hier ? Se dit-il. Je ne sais plus...»

    Chacun marche sans regarder l'autre, de crainte d'être scrutés sous les caméras mobiles de la capitale.

    Il se hâte avec tremblement, il ne pense pas et ses amis ne viendront pas le voir...

    L'immeuble froid et administratif apparaît devant lui. Un tourniquet le happe vers les couloirs.

    —  Il ne faut pas vous relâcher, K 871. Vous avez fait preuve de mauvaise volonté ! 

    « Quoi ? Mon « Ultimate » se rallume, m'enjoignant l'ordre de ne pas être en retard à mon rendez-vous. »

    La voix stridente et neutre de l'appareil incrusté sonne de longues secondes dans les oreilles du chômeur anonyme.

    Victor Louviers, alias K 871, ressent aussitôt une sueur froide glisser entre ses reins.

    l'Ultimate vient de sévir : une sensation d'épuisement suivie d'exaltations et de fatigues consécutives le terrassent.

    Victor n'est pourtant pas vieux à une époque où l'espérance de vie dépasse les cent vingt ans, mais malgré les greffes

    et rajouts bioniques vendus sur le marché, la pilule anti-stress n'existe pas encore ; ou plutôt, pas celle indépendante

    de la nanotechnologie...

     

    « Saleté de puce électronique ! Quand je pense que le commandant suprême disait que le chômage n'existerait plus,

    que l'automatisation ferait de nous des rentiers, quel menteur ! » pensa rageusement Victor.

     

    Cette situation n'a jamais cessé, au contraire. La surprise serait plutôt une version officielle qui la nie depuis

    longtemps, l'étonnant, surtout, étant de ne plus voir les chômeurs déambuler, comme s'ils avaient disparu dans un

    monde parallèle... Et cette voix qui résonne maintenant à l'intérieur de son cerveau :

     

    Horizon de réalisation:1970.

    Stade de réalisation : 5

    OBJECTIFS

    Empêcher le public de rêver d'une autre référence que l'ordre social actuel en l'empêchant d'élargir son horizon

    intellectuel et spirituel. Ne pas laisser le champ de conscience des individus s'élargir au-delà de notre planète et de

    ses préoccupations vitales.

    MOYENS UTILISES

    Décrédibiliser les témoignages à propos des OVNIS en discréditant les scientifiques qui se risqueraient à travailler

    sur le sujet.

    Décrédibiliser les apparitions mariales et mystiques de toutes sortes. Semer la confusion dans les religions,

    particulièrement le christianisme.

     

    Victor fait semblant. Il a réussi à tromper son Ultimate: l'engin ne touche que la partie nerveuse superficielle

    de son cerveau ; mais jusqu'à quand ? Le revers de cette médaille l'amène vers une vie de plus en plus étrangère

    À force de se crisper sur les espions ennemis, il comprend de moins en moins ses semblables comme absorbés dans un

    monde trouble. Seules les rumeurs lui rapportent les « à peu près » de l'information nécessaire, mais à quel point ?

    Il ne sait plus. Il vit en marge, il essaie. Se connecter par les médias officiels devient dangereux...

     

    À 47 ans, la femme qu'il aime l'a quitté, incapable de supporter plus longtemps AFP 090526puce-electronique 8son caractère rebelle, son tempérament

    voulant discerner sans consommer le bonheur offert par le gouvernement mondial. Victor prend le temps d'observer,

    respirer et jouir de ses sens presque intacts à ce jour. Autour de lui, les paysages sont devenus ternes et ses yeux

    cherchent les couleurs. Elle n'a pu le suivre sur ce chemin subversif.

    A suivre

    Auteur : Dominique
    ***


    Images :
    Nanotechnologie (web-libre.com)
    Puce électronique (AFP Radio Canada).


    6 commentaires
  • chiens-dangereux-1


    Dessin humoristique de : philippetastet.com/chiens-mechants-presse ...
    Dessin de presse du 04-09-2007
    ***

    Communauté
    "Croqueurs de mots"

    Pour la quinzaine
     du 15 au 28  Février 2010
    Voici
    les
    "Mots de Tête"
    n°23


     
    "Queue à la boulangerie"
    Ecrivez un récit
    sur la base du lieu, du moment, des circonstances
     et des personnages suivants :
    Dimanche matin l'été à 11 heures
    La boulangerie place de l'église
    Une longue file d'attente
    la boulangère
    une personne âgée essaye de resquiller
    une mère de famille n'en finit plus de choisir des gâteaux
    un homme envoyé par sa femme ne sait pas quel pain acheter...

    ***

     

    Jeu de Brune OH!

     

    Eh voilà! A cause du caniche idiot de Marie qui s'est amouraché du pitbull du voisin, mâle qui plus est, et a failli se faire dévorer tout cru, me voilà obligé d'aller chercher le pain juste à l'heure où les gens se lèvent et les petites vieilles sortent de la messe! Tout ça parce que j'ai laissé la porte ouverte! Mariez-vous, tiens! Enfin, les copains viennent manger, elle n'aura pas l'occasion de m'engueuler trop longtemps et ça la mettra de meilleur poil!

     

    Du pain , qu'elle a dit. Mais elle ne m'a pas prévenu qu'il y en aurait tellement de différents, ni la taille: Du blanc, normal, quoi, au seigle, au son, complet, au sésame, au pavot, et qu'est-ce qu'ils vont encore inventer pour nous faire payer plus cher?Des baguettes, des épis, des pains ronds, des coupés , pas coupés. Bof j'ai le temps de décider, vu le monde qu'il y a!

     

    Mais, je rêve! La p'tite vieille, là, elle vient de se glisser devant moi alors qu'elle était derrière!

    • HOLA , mémé, faudrait être honnête à votre âge.! Vous sortez pas de la messe?C'est du joli!

    • Mais, j'ai mal à mes pov' jambes!

      Et voilà qu'ils se retournent et me fusillent tous du regard.

    • O.K. O.K. Allez, allez, laissez la TOUS passer la première! (héhé, ils aiment moins)

      Elle ressort toute fière et marche très bien, la maline!

      Pourquoi on n'avance pas? Ah! la jeune maman là bas ne sait pas quoi prendre comme gâteaux.Elle a de la classe! On dirait pas qu'elle a eu trois petits vu sa taille fine! Et elle a un beau cul! Qu'est ce que c'est long!

    • EH, prenez des têtes de nègres, ils sont bons, ou des russes, un délice! Oh, pardon, monsieur Touwaibia, je vous avais pas vu, oh monsieur Rostropovich, vouzici aussi?C'est nul, je sais, mais faut bien se distraire.. yen a qui rigolent!

    • Mais dépêchez vous enfin! Y'a la queue! Des pets de nonne, allez, ya qu'ça de bon! héhé hé! Oh pardon ma soeur!

      Elle n'a pas encore choisi, cette conne!

    • Faites passer les autres avant, le temps qu'elle se décide!

      Ah, ça avance. Pas trop tôt! A moi! La boulangère a l'air un peu lasse mais elle me sourit gentiment. Je lui plais.

    • Du pain au graines de pavot, six!

      Je suis efficace, pas vrai?Je peux enfin sortir. L'indécise n'a pas encore choisi, mais il ne reste plus que trois tartes au chocolat, une pour chaque gosse, bien fait pour ses pieds! Bon pour sa ligne en plus...

       

      Marie va aimer.

    J'avance dans la cuisine et d'un geste élégant je dépose le pain.

    - Tadada! Et hop!

    Merde ya des graines noires partout! Elle vire au cramoisi.

    • Mais je t'avais dit du main de mie pour canapés! Tu n'écoutes jamais quand je parle!

    • Si tu ne parlais pas tout le temps je...

    • Quel abruti! Retourne en chercher!

      Je retourne sur mes pas et croise la jeune mère de famille qui a l'air toute contente avec ses tartes au chocolat. MERDE la boulangerie est fermée.

      Bof je vais m'assoir sur un banc et attendre que les copains arrivent pour rentrer à la maison. On a des cacahuètes... c'est l'apéro qui compte, pas les amuses-gueules autour. Pffff
      ***

      Auteur : Mona.


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires